CPB

Why not !?!   HxC & Hardest Music, DIY, Books, Photography, Movies, Cinema, Political.

art-and-things-of-beauty:

Julien Dupré (1851-1910) - The farmers work.

(via priceofliberty)

— 4 hours ago with 235 notes

Interview de Herbert Marcuse (1898 - 1979) le 11/11/1976.

— 1 day ago
Continente Inospitale — wemakeit →

Plus que 4 jours afin de soutenir le projet Continente Inospitale. Si vous le souhaitez, si vous le pouvez, si cela vous interpelle. Nous avons réussi à arriver jusque là, ce n’est pas le moment de baisser les bras ! Un immense merci au personnes ayant manifesté leur soutiens jusqu’à présent, c’est vraiment, vraiment, vraiment super ! Un immense merci !

 

— 6 days ago
Jeunes photojournalistes, pourquoi dépensez-vous vos économies pour partir en guerre ? →
— 3 weeks ago

To serve and protect …

(Source: sckrewedup, via priceofliberty)

— 3 weeks ago with 106699 notes
Try to make me bow down to you.
Try to take my identity.
Try to make me just another pebble on the beach.
A green mind twists the plan.
A cold hand trying to silence me.
You try to grasp me, but I’m out of reach.

No Spiritual Surrender
No Spiritual Surrender

Try to make me bow down to you.
Try to take my identity.
Try to make me just another pebble on the beach.
A green mind twists the plan.
A cold hand trying to silence me.
Trying to grasp me, but I’m out of reach.

No Spiritual Surrender
No Spiritual Surrender

— 3 weeks ago
arrow-of-carnations:

reclaimingthelatinatag:

Emma Tenayuca was a Mexican American activist and educator. Born December 21, 1916 in San Antonio, Texas, Tenayuca was a key figure in Texan labor and civil rights activism during the 1930’s, where she organized protests over the beatings of Mexican migrants by United States Border Patrol agents and labor strikes to end unfair wages. As a union activist, she also founded two international ladies’ garment workers unions and was involved in both the Worker’s Alliance of America and Woman’s League for Peace and Freedom. 
Throughout her fight for labor and civil rights, Tenayuca was arrested many times under charges of “disturbing the peace”, even though her participation during protests was strictly peaceful. She was also targeted for being a member of the Communist Party, which resulted in her being “blacklisted” and forced to move out of the San Antonio area 1939. After leaving her hometown she went on to attend San Francisco State College where she majored in Education. Years later Tenayuca returned to San Antonio and earned a master’s in Education from Our Lady of the Lake University, leading her to eventually go on to teach in the Harlandale School District until her retirement in 1982.
Shortly after her retirement Emma Tenayuca was diagnosed with Alzheimer’s disease and passed away on July 23, 1999.

inspired

arrow-of-carnations:

reclaimingthelatinatag:

Emma Tenayuca was a Mexican American activist and educator. Born December 21, 1916 in San Antonio, Texas, Tenayuca was a key figure in Texan labor and civil rights activism during the 1930’s, where she organized protests over the beatings of Mexican migrants by United States Border Patrol agents and labor strikes to end unfair wages. As a union activist, she also founded two international ladies’ garment workers unions and was involved in both the Worker’s Alliance of America and Woman’s League for Peace and Freedom. 

Throughout her fight for labor and civil rights, Tenayuca was arrested many times under charges of “disturbing the peace”, even though her participation during protests was strictly peaceful. She was also targeted for being a member of the Communist Party, which resulted in her being “blacklisted” and forced to move out of the San Antonio area 1939. After leaving her hometown she went on to attend San Francisco State College where she majored in Education. Years later Tenayuca returned to San Antonio and earned a master’s in Education from Our Lady of the Lake University, leading her to eventually go on to teach in the Harlandale School District until her retirement in 1982.

Shortly after her retirement Emma Tenayuca was diagnosed with Alzheimer’s disease and passed away on July 23, 1999.

inspired

— 1 month ago with 2098 notes

Stand your ground
Fear the mighty ones
You must obey

Hurricane of piercing death
Maelstrom eats terrain
Avalanching firestorm
Titans here to reign

Screaming metal
Molten blood
Kneel before them
Kneel before the steel

Slay the weak
Bring them to the ground
You must obey

Feel the steel rip the flesh
Thunder roams the sky
Bones are crushed and heart’s collapse

Bathed in blood you die
You die

Rising shadows
Metal Gods
Kneel before them
Kneel before the steel

Colossal doom approaches
Titans have arrived
Enslaving all before them
God failed to save
He lied

Screaming metal
Molten blood
Kneel before them
Kneel before the steel

— 1 month ago
L’institutionnalisation de la prostitution, à travers l’ouverture de bordels municipaux qui bientôt proliférèrent à travers toute l’Europe, représenta un autre aspect de cette politique sexuelle, source de division, que menaient les princes et les autorités municipales pour tempérer la contestation des travailleurs. Autorisée par le régime des hauts salaires de l’époque, la prostitution gérée par l’Etat était considérée comme un remède efficace contre l’agitation des jeunes prolétaires, qui pouvaient dans “la grande maison”, comme on nommait le bordel d’Etat en France, jouir d’un privilège réservé auparavant aux hommes plus âgés. Le bordel municipal était aussi considéré comme un remède contre l’homosexualité, qui dans plusieurs viles d’Europe ( par exemple Padoue et Florence ) était largement et publiquement pratiquée mais qui, au lendemain de la peste noire, commençait à être perçue comme une possible cause de dépopulation.
Silvia Federici, Caliban et la Sorcière - Femme, corps et accumulation primitive, Entremonde & Senonevero, 2014 p.104-105

L’institutionnalisation de la prostitution, à travers l’ouverture de bordels municipaux qui bientôt proliférèrent à travers toute l’Europe, représenta un autre aspect de cette politique sexuelle, source de division, que menaient les princes et les autorités municipales pour tempérer la contestation des travailleurs. Autorisée par le régime des hauts salaires de l’époque, la prostitution gérée par l’Etat était considérée comme un remède efficace contre l’agitation des jeunes prolétaires, qui pouvaient dans “la grande maison”, comme on nommait le bordel d’Etat en France, jouir d’un privilège réservé auparavant aux hommes plus âgés. Le bordel municipal était aussi considéré comme un remède contre l’homosexualité, qui dans plusieurs viles d’Europe ( par exemple Padoue et Florence ) était largement et publiquement pratiquée mais qui, au lendemain de la peste noire, commençait à être perçue comme une possible cause de dépopulation.

Silvia Federici, Caliban et la Sorcière - Femme, corps et accumulation primitive, Entremonde & Senonevero, 2014 p.104-105

— 1 month ago
Mika s’approche et regarde ses mains salies et ses ongles noirs à force de dépaver la chaussée. Elle se plante devant Lise. Est-ce qu’elle est folle ? Quelle imprudente, elle l’a déjà dit hier à Paul, son compagnon, non ? Oui, c’est vrai, répond-il. Mais personne ne l’écoute, dit Mika. Elle ouvre son sac et en sort une paire de gants qu’elle tend à Lise.
- Les pavés, il faut les sortir avec des gants, explique-t-elle en enfilant les siens.
- Des gants ? dit la jeune fille déconcertée. Moi, je ne porterai jamais de gants, même quand je serais vieille.
Mika se penche et ramasse un pavé.
- Si tu ne mets pas de gants, tes mains sales te trahiront.
Lise lui fait un clin d’oeil : Vous, vous en connaissez un rayon sur tout ça. Elle n’y avait jamais pensé.
- Et maintenant, au travail, il faut en finir avant l’arrivée des CRS.
A onze heures, la police charge avec une violence disproportionnée, des blindés avancent par la rue Clovis, des policiers forment une barrière avec leurs boucliers, des pavés passent au-dessus de la tête de Mika. Puis, c’est la fumée des grenades, les balles en caoutchouc, les matraques, les cris.

Elsa Osorio, La Capitana, Métaillé, 2012, p. 264-265

Mika s’approche et regarde ses mains salies et ses ongles noirs à force de dépaver la chaussée. Elle se plante devant Lise. Est-ce qu’elle est folle ? Quelle imprudente, elle l’a déjà dit hier à Paul, son compagnon, non ? Oui, c’est vrai, répond-il. Mais personne ne l’écoute, dit Mika. Elle ouvre son sac et en sort une paire de gants qu’elle tend à Lise.

- Les pavés, il faut les sortir avec des gants, explique-t-elle en enfilant les siens.

- Des gants ? dit la jeune fille déconcertée. Moi, je ne porterai jamais de gants, même quand je serais vieille.

Mika se penche et ramasse un pavé.

- Si tu ne mets pas de gants, tes mains sales te trahiront.

Lise lui fait un clin d’oeil : Vous, vous en connaissez un rayon sur tout ça. Elle n’y avait jamais pensé.

- Et maintenant, au travail, il faut en finir avant l’arrivée des CRS.

A onze heures, la police charge avec une violence disproportionnée, des blindés avancent par la rue Clovis, des policiers forment une barrière avec leurs boucliers, des pavés passent au-dessus de la tête de Mika. Puis, c’est la fumée des grenades, les balles en caoutchouc, les matraques, les cris.

Elsa Osorio, La Capitana, Métaillé, 2012, p. 264-265

— 1 month ago

priceofliberty:

cyderpunk:

iamsooz-sooziam:

Yazidi Member of Iraqi Parliament collapses in tears after calling upon the world for help

i havent cried this hard in a while

i have never heard a voice that portrays such desperation and terror

Followers, please watch this. It will only take two minutes of your time

(Source: youtube.com)

— 1 month ago with 57 notes
Tandis qu’ils s’approchaient du pont et de la ville, il indiqua d’infimes modifications de course et von Moreau les exécuta. À une vitesse maintenant réduite à 240km/h, le bombardier Heinkel approchait de Guernica. Rien ne troublait la concentration de l’équipage.
"Bombes larguées."
Tandis que les bombes tombaient, le Heinkel allégé s’élevait. Von Moreau augmenta les gaz et vira à gauche, au dessus de l’usine Unceta et du bunker, traversant la large plaine du fond de la vallée.
Malgré leur réputation de précision, von Moreau et son pointeur avaient largué les bombes à plusieurs centaines de mètres du pont de Renteria, très exactement près de la place de la gare, au centre de Guernica.
Les dernières heures de Guernica, Gordon Thomas, Max Morgan-Witts, p.256

Tandis qu’ils s’approchaient du pont et de la ville, il indiqua d’infimes modifications de course et von Moreau les exécuta. À une vitesse maintenant réduite à 240km/h, le bombardier Heinkel approchait de Guernica. Rien ne troublait la concentration de l’équipage.

"Bombes larguées."

Tandis que les bombes tombaient, le Heinkel allégé s’élevait. Von Moreau augmenta les gaz et vira à gauche, au dessus de l’usine Unceta et du bunker, traversant la large plaine du fond de la vallée.

Malgré leur réputation de précision, von Moreau et son pointeur avaient largué les bombes à plusieurs centaines de mètres du pont de Renteria, très exactement près de la place de la gare, au centre de Guernica.

Les dernières heures de Guernica, Gordon Thomas, Max Morgan-Witts, p.256

— 1 month ago